Eau & Environnement, rencontre débat du 22 janvier 2020

l’eau douce

une centaine de personnes et une dizaine de partenaires sont venus participer à la rencontre débat organisée par ARiMAGE avec le soutien de la ville de Limoges (mise à disposition de la salle et communication numérique.

Cette 2è rencontre sur le thème de l’eau a permis de dresser un constat de la situation globale et locale concernant non seulement le climat mais aussi la biodiversité dont nous dépendons tous. Avec le concours des partenaires associatifs, institutionnels et du secteur privé présent nous avons également pu aborder quelques pistes de solutions dont vous pourrez vous faire une idée en prenant connaissance des documents listés ci-dessous, partiellement représentatifs des contenus de la soirée.

Andy Williams, permaculteur pour l’association Le champ des Arts a ouvert le sujet avec une courte vidéo replaçant la relation de l’homme à l’eau dans le cours de l’histoire…

Marie Crouzoulon de la métropole nous a expliqué le parcours et le traitement des eaux sur la métropole, ainsi qu’une partie des enjeux

Cédric Sous de l’Ademe a insisté sur l’urgence et l’importance des actions et de la coordination visant à améliorer notre rapport à l’environnement.

Antoine Gatet, de l’association Sources et Rivières du Limousin a permis d’apporter une dimension juridique aux questions d’urbanisation et de gestion de l’eau en nous rappelant que la plupart du temps, les lois existantes, si elles étaient appliquées, pourraient permettre de mieux préserver l’environnement… et que c’est donc à chacun, aussi de s’engager pour que ces lois soient appliquées, en s’engageant notamment auprès de structures associatives ou collectives afin d’exercer une pression légitime sur les élus et gouvernants…

« Si nous ne changeons pas d’orientation d’ici 2020, nous risquons […] des conséquences désastreuses »
Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU en octobre 2018 !

Severine Deutsch, permacultrice de l’association ARiMAGE a proposé un récit nous projetant dans un avenir possible en 2025 ! Pas si loin, pas si proche…
L’association prépare une plateforme de mise en commun géolocalisée de véhicules, d’outils, de graines, de livres, de savoirs, etc afin de favoriser les échanges, le partage et d’éviter le gaspillage et la multiplication d’objets inutilisés la plupart du temps !

Damien, permaculteur, de la Graine Indocile a expliqué son parcours et ses techniques de culture permaculturelle, notamment avec l’implantation de forêts comestibles résilientes et sources d’abondance

Bénédicte Ferrey et Marie-Pierre Moussy de l’agence Despaysages (architectes paysagistes) ont souligné dans leur présentation l’importance de l’arbre en ville et offert un aperçu des travaux qu’elles réalisent afin de répondre dans le souci du vivant à certaines problématiques d’urbanisation.
contact : atelier.despaysages@wanadoo.fr

« Notre maison brûle et nous regardons ailleurs. La nature, mutilée, surexploitée, ne parvient plus à se reconstituer et nous refusons de l’admettre. L’humanité souffre. Elle souffre de mal-développement, au Nord comme au Sud, et nous sommes indifférents. La terre et l’humanité sont en péril et nous en sommes tous responsables. »
J. Chirac, Johannesburg, en 2002 !

Béatrice Fournier a soulevé la question de l’architecture pour l’homme, et de son impact sur notre monde et nous a rappelé que dès 1968 le club de Rome nous alertait sur les conséquences écologiques à venir (et maintenant constatées, souvent de manière prématurées) de notre mode de vie
contact : b.fr.architecture@orange.fr

Enfin James Linton, chercheur géographe à l’université de Limoges nous a rappelé que nous sommes définis par les liens que nous tissons les uns avec les autres mais aussi avec le monde qui nous entoure : chacun de nos choix est un acte politique et social.
Contact : james.linton@unilim.fr

« Halte à la Croissance ? », rapport commandé par le MIT (Massachussetts Institute of Technologie) :
« La croissance matérielle observée, si elle se maintient au même niveau, conduira à une diminution brutale de la population, accompagnée d’une dégradation significative des conditions de vie des survivants avant 2100. »

Club de rome, association internationale et non politique réunissait EN 1972 des scientifiques, des humanistes, des économistes, des professeurs, des fonctionnaires nationaux et internationaux ainsi que des industriels de 53 pays

Merci encore à tous pour votre participation !

Commentaires

  • Rouffignac
    10 mars 2020 at 15 h 25 min

    C’était une rencontre débat très instructive !

chat
Publier un commentaire